L'ostéopathie

L'ostéopathie appréhende le corps dans sa globalité, colonne vertébrale, crâne, membres et viscères.
Elle ne prétend nullement se substituer à la médecine ou à la chirurgie.
Elle en est un complément.
La manipulation vertébrale, crânienne ou viscérale exige une formation longue et intensive.
L'ostéopathe ne traite pas les symptômes mais leur origine. C'est le fondement de sa discipline.
La parfaite connaissance de l'anatomie lui permet de donner une explication rationnelle des pathologies.
Le thérapeute établit son diagnostic en examinant les zones qui manquent de mobilité. Il n'intervient qu'avec ses mains, directement sur les tissus en lésion.

Nous pratiquons l'ostéopathie structurelle.
L'ostéopathie structurelle est mécaniste. Elle améliore la qualité de souplesse et d'élasticité des tissus.

Une structure en mauvaise état perturbe sa fonction associée. Cette dysfonction elle-même, n'entretient pas de façon optimale la structure.
Pour rompre cette boucle de rétroaction, l'ostéopathie structurelle permet à la structure de changer d'état et de restaurer ses qualités mécaniques.
La manipulation structurelle, qu'elle utilise le "crack" articulaire ou pas, est l'outil de l'ostéopathe structurel pour restaurer les qualités de souplesse et d'élasticité des tissus. Une fois ces qualités retrouvées, le corps est à nouveau libre d'exploiter pleinement son potentiel et donc ses fonctions.

EQUILIBRE DU CORPS ET ORTHOPEDIE

L'homme debout dispose d'un potentiel d'adaptation répondant à des capteurs sensibles : oreille interne, pieds, œil, zones ligamentaires innervées...

L'organisme réclame un travail constant de rééquilibration du centre de gravité. Lorsque ce potentiel est dépassé, le corps, contraint de déformer l'os ou l'articulation, provoque scoliose, pieds bots varus équins, hallux valgus...

Les zones charnières porteuses des principaux capteurs ne doivent souffrir d'aucun manque de mobilité afin d'éviter les déformations articulaires, sources de douleurs.

En dehors des anomalies congénitales et des phénomènes de vieillissement excessif, le traitement consiste à prévenir l'aggravation.

La manipulation des zones hypomobiles permet de mieux gérer la statique du corps.